Envie de participer ?

Article intéressant sur le Secrétaire Général du District et également Délégué en Ligue 1 et ligue 2. (Délégué Ligue de Football Professionnel)

Jean-Pierre tient à assister aux réunions de la CDA  (visio actuellement) afin de mieux nous connaître et de suivre nos travaux.

Et si cela peut donner des idées dès la départementale, pour la délégation comme pour l'arbitrage ;-). Renseignez-vous!

Aupravant, quelques photos souvenirs avec le milieu arbitral de haut niveau.

image%2858%29.png

Au cours d'un PSG-OM la saison dernière avec Benoît BASTIEN

image%2859%29.png

La saison dernière également, à Nice cette fois-ci avec Clément TURPIN et ses collègues assistants

image%2861%29.png

Et avec l'arbitre Willy DELAJOD qui arborait son écusson international (photo) lors d'un match de Ligue 1 avec Jean-Pierre, début 2020

 

Article paru dans l'édition du jour de l'Echo Républicain

Football / Eure-et-Loir

Secrétaire général du district d’Eure-et-Loir, Jean-Pierre Lominé est délégué lors des matches de Ligue 1 et Ligue 2

Secrétaire général du district d’Eure-et-Loir, Jean-Pierre Lominé est délégué lors des matches de Ligue 1 et Ligue 2
Jean-Pierre Lominé, ici lors d’Auxerre - Caen hier soir en Ligue 2, officie sur quelque 35 matches par saison. © Marion Boisjot

Secrétaire général du district d’Eure-et-Loir, Jean-Pierre Lominé est surtout délégué lors des matches de Ligue 1 et Ligue 2. Un rôle aussi important que captivant.

Ce mardi 5 janvier, c’était l’Abbé-Deschamps pour Auxerre - Caen. Ce samedi 8 janvier, ça sera le Roazhon Park pour Stade Rennais - Lyon. Et bientôt, d’autres stades, encore et encore.

En sa qualité de délégué LFP (Ligue de football professionnel), Jean-Pierre Lominé sillonne la France du monde pro. Toutes les enceintes de Ligue 1 ou Ligue 2 ont déjà reçu sa visite. À deux exceptions près. « Je n’ai pas encore fait Rodez, ni Pau, qui est monté de National cette saison… »

Le nouveau secrétaire général du district d’Eure-et-Loir, 61 ans, officie sur quelque trente-cinq matches par saison. C’est un passionné. Avec un petit faible pour les clubs bretons, sa région d’origine.

 

Mais pas question de jouer les groupies auprès des dirigeants et joueurs stars, côtoyés et approchés chaque semaine. Il y a évidemment un devoir de neutralité. Il y a aussi des missions à remplir qui réclament de la rigueur.

Tout ce qui se passe sur le terrain, c’est le rôle de l’arbitre. Tout ce qui se passe autour, c’est notre charge.

« Tout ce qui se passe sur le terrain, c’est le rôle de l’arbitre. Tout ce qui se passe autour, c’est notre charge. Il faut s’assurer de la bonne organisation des rencontres et de la bonne application des règlements », résume Jean-Pierre Lominé.

Installé à Saint-Piat depuis trois ans, et désormais licencié à l’ES Maintenon-Pierres, l’Eurélien d’adoption connaît les textes par cœur. Il était sorti premier du concours auquel la Fédération française l’avait présenté il y a huit ans, après avoir franchi les échelons un par un. Il y a quatre ans, il est devenu l’un des vingt-six délégués principaux de la LFP.

Arrivée la veille, retour le lendemain

« L’assistant a plus des fonctions administratives comme l’établissement de la feuille de match, le délégué principal est dans la communication avec tous les intervenants : les dirigeants des clubs, les responsables de la sécurité, la presse… » Tout doit être calé au millimètre. « On s’occupe des spectateurs, des éventuels incidents comme les envahissements de terrain ou les jets de projectile, ce qui peut entraîner un arrêt de la rencontre. Il faut avoir des yeux partout ! »

Être attentif et pas seulement pendant 90 minutes. Souvent arrivés sur place la veille, les délégués sont attendus quatre heures avant le début des matches en L1 (trois en L2) et terminent bien après le coup de sifflet final avec des rapports à établir.

J’ai fait des Lyon - Saint-Étienne, toujours des matches délicats. Ceux où j’ai connu la plus grosse ambiance avec un Montpellier - Nîmes ou le PSG - OM de l’année dernière. 

« Il faut être hyper disponible, c’est très prenant, reconnaît le retraité du Crédit Agricole, marié et père d’un garçon de 27 ans. Ce n’est que du bonheur mais ce sont aussi des montées d’adrénaline. » Avec les huis clos imposés en ces temps de pandémie, la pression est retombée de deux crans dans les stades. Mais l’Eurélien préfère largement les matches à guichets fermés.

lomine-capture_5137838.jpeg

« J’ai fait des Lyon - Saint-Étienne, toujours des matches délicats. Ceux où j’ai connu la plus grosse ambiance avec un Montpellier - Nîmes ou le PSG - OM de l’année dernière. » L’un de ses meilleurs moments de sa vie de délégué. « Rien à voir avec le score de 4-0. Mais ça m’a rappelé des souvenirs pace que j’emmenais souvent mon fils au Parc des princes… »

Un statut de bénévole 

Sa fierté, c’est quand tout se déroule comme sur des roulettes. « Ça se passe souvent très bien. Il y a bien des fumigènes, ce qui est dangereux et interdit, mais les gros incidents restent très rares. Et puis, on est très bien préparé par la LFP. »

Les délégués, bénévoles défrayés, sont notamment formés dans la gestion des conflits et les relations.

« Il faut avoir une forte personnalité. La première fois, ça fait bizarre de rencontrer un président comme Jean-Michel Aulas, l’un des plus médiatisés. Mais il faut banaliser tout cela. Les gens sont agréables et surtout très respectueux. On est dans un milieu pro où tout le monde se comporte comme des pros ! »

Du monde amateur au milieu professionnel
Jean-Pierre Lominé a commencé le foot à Bois-d’Arcy, la commune des Yvelines où il a grandi, avant de porter les couleurs du Racing Club de Versailles. Une blessure au genou l’a poussé vers le banc de touche. Pendant treize ans, il a entraîné les seniors de Bois-d’Arcy, jusqu’en 1re division départementale. Il est par ailleurs devenu le vice-président du club et a intégré le district des Yvelines où il est resté quinze années, avant de rejoindre le district voisin de l’Eure-et-Loir. Ce sont les dirigeants de l’instance yvelinoise, dont il a été pendant trois ans le président de la commission de discipline, qui l’ont incité à se tourner vers le rôle de délégué. « À l’époque, je ne savais même pas à quoi ça correspondait ! J’ai fait deux ans au district, deux autres à la ligue Paris-Île de France. Et, comme on m’a prêté quelques qualités, je suis passé à la fédération française… » Avant de rentrer à la LFP, il a même officié lors d’un France - Albanie au Stade de France !

Franck Thébault


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.